L'hôtel Negresco est un hôtel de luxe situé sur la promenade des Anglais à Nice. C'est l'un des rares survivants de l'hôtellerie du début du XXe siècle et l'un des derniers établissements indépendants de cette classe. Ses façades sont basées sur une trame néoclassique, avec une ornementation opulente quasi-baroque. Il figure comme l'hôtel Sacher de Vienne, le Ritz de Paris ou l'hôtel Astoria de Bruxelles, parmi les lieux mythiques de l'hôtellerie de luxe. Il s'agit de l'un des lieux symboliques de la ville de Nice.

10

Il naît sous l’impulsion du Roumain Henri Negresco qui durant de nombreuses années et dans les palaces de toute l’Europe, fut le maître d’hôtel irremplaçable auprès de clients richissimes, comme la famille Rockefeller. Dans les années 1910, il caresse l’ambition d’édifier son propre hôtel de luxe, sur une parcelle de terrain à côté de la villa Masséna. Et c'est grâce à quelques magnats de l'automobile, dont De Dion-Bouton et Alexandre Darracq, que son rêve devient réalité ; il confie la conception de l'édifice à l'architecte Édouard-Jean Niermans à qui l'on doit entre autres l'hôtel du Palais à Biarritz, les transformations de l'hôtel de Paris Monte-Carlo, le Moulin Rouge, le Casino de Paris ou encore la brasserie Mollard à Paris. Le plan de l'hôtel adopté et corrigé par Negresco rappelle celui du Grand Hôtel de Madrid construit par Niermans, ainsi que le Ritz parisien. La légende raconte qu'Henri Negrescu y fait construire une coupole rose ayant la forme du sein de sa maîtresse. Le délicat montage financier lors de la création de la SICA (Société immobilière Côte d'Azur) retarde le début des travaux.

Enfin, le 4 janvier 1913, le palace connaît une brillante inauguration où sont présentes plus de sept têtes couronnées. Chacun s’extasie devant le grand hall elliptique de style Louis XVI, la rotonde lumineuse, le tapis géant d’un coût de 300 000 francs de l'époque ou encore l’ameublement signé Paul Dumas dans les 450 chambres. La verrière, comme en témoigne son classement aux monuments historiques, est l'œuvre d'Edouard-Jean Niermans qui concevait ses bâtiments dans leur totalité (contrairement à une idée reçue, l'armature n'est pas de Gustave Eiffel qui n'est jamais intervenu au Negresco). Sous la verrière se trouve un lustre de Baccarat de 4,60 mètres et 16 800 cristaux, à l'origine destiné au tsar Nicolas II de Russie et dont un exemplaire identique se trouve au Kremlin ; le sol de la pièce est pour sa part en marbre de Carrare. La modernité n’est pas en reste : les commutateurs électriques à portée de la main, le nettoyage par aspiration d’air, l'autoclave à vapeur et l’installation d'un service pneumatique de distribution de courrier par tube dans les chambres.

Jusqu'à la veille de la Grande Guerre, l’hôtel réalise de larges bénéfices. En 1914, ses installations toutes neuves souffrent de son usage comme hôpital militaire. Il est déréquisitionné en septembre 1918. Les procédures d’indemnisation pour le restaurer trop compliquées et le manque de clientèle poussent Henri Negrescu à la ruine. En 1920, une société hôtelière belge rachète son bail.

12

En 1957, l'hôtel est racheté par Jean-Baptiste Mesnage dont la femme vient de subir une intervention chirurgicale. Elle est en chaise roulante. Le Negresco est à cette époque le seul hôtel à disposer d'un ascenseur pour chaise roulante. Mesnage confie l'hôtel à sa fille Jeanne qui vient d'épouser Paul Augier, avocat et homme politique niçois. Les nouveaux propriétaires commencent à l'enrichir avec de nombreuses œuvres d'art comme la Nana Jaune de Niki de Saint Phalle qui trône dans le salon Royal, des portraits de monarques, de nombreux bustes dont celui de la reine Marie-Antoinette, et transforment ainsi le Negresco, en hôtel-musée qui accueillera finalement 6 000 œuvres et objets d’art français. Jeanne Augier fait capitonner le grand ascenseur de velours rouge à l'image du berceau du roi de Rome, écume les antiquaires pour meubler les salons, les 21 suites et les 96 chambres qui résument cinq siècles d’histoire de France. On y trouve les portraits les plus célèbres de Louis XIV (peint par Hyacinthe Ringaud, les deux autres exemplaires existants se trouvant au musée du Louvre et au château de Versailles), Louis XV, Louis XVI, Napoléon III et celui de l'impératrice Eugénie sous la verrière. Sous celle-ci (rénovée en 2010), on trouve encore des tapis de Raymond Moretti, la sculpture Le Chat de Cyril de La Patellière, ou encore une œuvre de Sacha Sosno. Dans les couloirs se trouvent des moquettes d'Yvaral, un portrait de Louis Armstrong par Raymond Moretti, des toiles de Mignard et Vasarely ainsi que la plus grande collection privée d'affiches de René Gruau ; la cheminée monumentale provient du château de Hautefort (Dordogne) et le plafond à caissons XVIIe siècle du château de Saint-Pierre-d'Albigny (Savoie). Le salon Pompéi a été transformé en « carrousel Pompadour », avec angelots et chevaux de bois, assortis de couleurs acidulées et les toilettes des hommes en tente de campagne napoléonienne. L'hôtel possède son propre atelier d'art et emploie à l’année un restaurateur, des tapissiers, un marbrier et deux ébénistes de l'École Boulle.

En 1965, à la demande du président de la République Charles de Gaulle, Jeanne Augier supervise pour le shah d'Iran la création du premier palace du pays, à Ispahan, au nom de son expérience au Negresco. Au décès de son mari en 1995, elle continue de diriger ce palace. La propriétaire souhaite que l'hôtel reste français et a ainsi à la suite refusé le rachat de l'hôtel par le sultan de Brunei, Bill Gates, et dernièrement, des investisseurs marocains qui lui ont déclaré : « Nous achetons, le prix importe peu ».

En préparation du centenaire du Negresco en 2012, l'hôtel engage d'important travaux qui le tiennent fermé du 4 janvier au 1er juillet 2010. Pendant cette fermeture, la plus longue depuis l'ouverture du palace en 1913, le cinquième étage, rebaptisé « executive floor », connaît un bouleversement total pour devenir un étage entièrement privatif avec ascenseur direct comprenant de nouvelles suites dotées des dernières technologies domotiques, un bar et un espace lunch. Dans les autres étages, une cinquantaine de salles de bains sont entièrement refaites. Les travaux conduisent également à rénover les cuisines, raviver la façade peinte en blanc, et à refaire entièrement la verrière du salon royal.

13

Jeanne Augier, sans descendance, a décidé de léguer le Negresco et sa fortune personnelle au fonds de dotation Mesnage-Augier-Negresco, dont les statuts ont été déposés en préfecture le 17 avril 2009. Cette fondation se focalise sur trois axes majeurs : la défense des animaux, l'aide apportée aux personnes handicapées ou aux personnes en détresse, ainsi que la participation active à la préservation culturelle en France, notamment en assurant la sauvegarde de l'hôtel Negresco et de ses collections.

Il est à noter qu'il ne possède ni spa, ni piscine, mais possède comme spécificité d'accepter les chiens et les chats, voire des animaux plus exotiques, comme Salvador Dali qui venait avec son guépard.

Le Negresco attire l'attention en juin et juillet 2012 lorsque sa propriétaire fait hisser le drapeau de la Bretagne (le Gwenn ha Du), sur la façade afin d'honorer sa région d'origine et d'évoquer le projet de maison d'accueil pour personnes âgées qu'elle soutient à Broons dans les Côtes-d'Armor. Les réactions des Niçois sont nombreuses et le conseiller municipal délégué au patrimoine historique offre à Jeanne Augier un drapeau niçois. Désormais ce dernier flotte également sur la façade.

Le 15 mars 2013, le tribunal de commerce de Nice place les trois sociétés qui constituent juridiquement le Negresco (hôtelière, immobilière et commerciale) sous administration judiciaire, estimant que l'état de santé de Jeanne Augier ne lui permet plus d'en assurer la direction. Celle-ci est provisoirement confiée à l'avocate niçoise Nathalie Thomas.

Le 27 mars 2013, en présence de tout son personnel, sont fêtés les 90 ans de la « dame du Negresco ». Un buste représentant Salvador Dalí, hôte fidèle de l'hôtel, lui est offert à cette occasion, œuvre de Cyril de La Patellière. 

14

En 2016, Pierre Couette, un des administrateurs, est mis en examen pour abus de faiblesse à l'encontre de Jeanne Augier, étant soupçonné d'avoir bénéficié d'un contrat de travail sans preuve de travail effectif.

A la fin de l'année 2017, le Procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, dépose une requête pour que soit mis fin à l'administration judiciaire et préparer la succession de l'hôtel.

Le 20 décembre 2018, celui-ci fait l'objet d'une perquisition dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour des soupçons d'atteinte à la probité, étant soupçonné d'avoir tenté de favoriser un candidat à la reprise.

Le 7 janvier 2019, Jeanne Augier meurt dans son appartement de Nice à l'âge de 95 ans. Même si le devenir de l'hôtel reste incertain, la fortune et le patrimoine de Jeanne Augier dont le Negresco, sont désormais officiellement gérés par le fonds de dotation Mesnage-Augier-Negresco, alors que la famille héritière est totalement ignorée par la justice.

15

16

D'après Wikipédia