L'École de Chicago (aussi appelé style Chicago) est un mouvement d'architecture et d'urbanisme nommée ainsi, car les premières réalisations qui en découlent se font à Chicago, aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. La phase d'apogée de ce mouvement est située approximativement entre 1875 et 1905.

Ce mouvement est marqué par la construction rationnelle et utilitaire de bureaux, de grands magasins, d'usines, d'appartements et de gares. L'accent est mis sur la durabilité, avec l'utilisation de matériaux modernes tels l'acier, le ciment et le fer forgé, le verre armé (pour la construction de dômes...). C'est l'École de Chicago qui met au point et généralise l'utilisation de l'acier dans la construction des gratte-ciel, réalisant ainsi la révolution structurelle qui permet de passer des bâtiments à murs et refends porteurs aux constructions de type poteaux-dalles sans façade porteuse. Ces gratte-ciels deviennent également récurrents afin de rationaliser au maximum l'emprise foncière des bâtiments dans des villes où le coût des terrains s'accroît régulièrement.

L'événement catalyseur de ce mouvement est le grand incendie de Chicago qui a lieu le 8 octobre 1871 : une grande partie du centre-ville est détruite, et la nécessité de sa reconstruction permet l'émergence d'une nouvelle approche de la construction d'immeubles.

31

Le Home Insurance Building

  • Le First Leiter Building, construit en 1879 par William Le Baron Jenney est le premier de ces immeubles sans mur porteur en façade, les planchers en bois reposant sur des colonnes de fonte.
  • Le Home Insurance Building qui a été construit également par William Le Baron Jenney à Chicago en 1885 et qui mesurait 42 mètres est souvent considéré comme le premier gratte-ciel de l'histoire de l'architecture. Il est démoli en 1931.

L'objectif est de limiter les ornementations. On trouve beaucoup de néoclassique, et sur la fin du mouvement, une approche moderniste. Toutefois, l'esthétique proprement dite varie d'un architecte à l'autre. Le point commun est l'utilisation du Trois : les immeubles sont souvent divisés en trois aux styles un peu différents, et se terminant par une corniche décorative. Les fenêtres, caractéristiques, respectent cette règle : un large panneau central, fixe, flanqué de chaque côté d'une partie à guillotine. Elles sont parfois en saillie par rapport au bâtiment (oriel, bow-window). Dans les deux cas, le but est de faire rentrer la lumière.

Les premiers grands architectes de ce mouvement ont été William Le Baron Jenney, Henry Hobson Richardson, et pour la génération suivante Daniel Burnham, William Holabird, Martin Roche, John Wellborn Root, Louis Henry Sullivan, qui commencent tous les quatre leur carrière au sein de l'agence de William Le Baron Jenney, et l'ingénieur Dankmar Adler, associé longtemps avec Louis Sullivan. Ils ont créé par leur œuvre et par leur influence un modèle de développement urbain qui a caractérisé toutes les villes américaines au XXe siècle

Cette école est apparentée à la Prairie School qui traite, elle, de l'architecture résidentielle, avec pour principale figure de proue Frank Lloyd Wright (1867-1959), ancien collaborateur de Louis Sullivan.

D'après Wikipédia