Jørn Oberg Utzon, né le 9 avril 1918 et mort le 29 novembre 2008 à Copenhague, est un architecte danois célèbre pour avoir conçu l'opéra de Sydney qui est devenu l'emblème de cette ville et l’un des symboles de l'Australie les plus connus au monde.

Jorn Utzon est né au sein d’une famille cultivée ayant participé à l’exécution du chantier naval d'Aalborg, ville où il grandit. Son père construit des navires et des yachts, il a la chance d’assister à des chantiers et de pénétrer dans des ateliers de productions artisanales, les modèles et les forces de travail font partie de son enfance et forgent son œuvre.

00

En 1930, la famille Utzon part pour Stockholm où se déroule l’Exposition de Stockholm de 1930 : c'est un événement majeur dans leur vie de famille. 

À l’adolescence, il suit des cours de sculpture avec le peintre Carl Kylberg grâce auxquels il développe ses talents artistiques. Il envisage alors de devenir artiste. Cependant, après avoir suivi des cours obligatoires à l’école catholique de Aalborg, la famille Utzon déménage pour Helsingor, où, avec l’aide du sculpteur Einar Utzon-Frank, oncle de Jorn Utzon, il intègre l'Académie royale des beaux-arts du Danemark. Il commence ses études d’architecture à 19 ans

Après avoir obtenu son diplôme à l’Académie des beaux-arts, en 1942 sous la direction de Steen Eiler Rasmussen, il part s’installer en Suède, pays neutre pendant la Seconde Guerre mondiale. Stockholm est devenue une ville cosmopolite où vivent beaucoup d’architectes danois. En 1942, Utzon se marie à Lis Fenger et jusque 1945 travaille avec Hakon Ahlberg puis avec Paul Hedqvist, où il rencontre l’architecte norvégien Arne Korsmo.

Entre la fin des hostilités allemandes au Danemark et la reddition officielle des troupes de l’Armée Allemande le 5 mai 1945, Utzon crée un projet d’habitations temporaires pour la reconstruction d’après-guerre des villes européennes. Dans cet intervalle, il gagne la médaille d’or de l’Académie avec son projet du bâtiment de l’Académie Royale de la musique du Danemark érigée sur une plateforme.

En 1945, le 25 octobre, il commence une brève collaboration avec Alvar Aalto, qui se terminera le 5 décembre suivant. Néanmoins, la synthèse entre tradition et modernité développée par Aalto et l’influence de Gunnar Asplund sont très importantes pour la suite de la carrière de Utzon.

01

Opéra de Sydney

À la fin de la guerre, il rentre avec sa famille au Danemark et y ouvre sa propre agence. De 1945 à 1947, en collaboration avec Tobias Faber, il intervient dans de nombreuses compétitions pour la réalisation d’édifices publics et de complexes d’habitation paysagés.  

Durant ces années il voyage beaucoup, en particulier en Amérique (Mexique, États-Unis) et en Asie (Chine, Japon, Inde). En 1947, pendant un séjour au Maroc, pour la création d’une série d’usines, il découvre l’architecture marocaine qui a une influence décisive sur son travail. En 1949, Utzon part pour un grand voyage aux États-Unis. Il rend visite à Charles et Ray Eames dans leur maison de Pacific Palisades, séjourne à Taliesin East avec Frank Lloyd Wright puis rencontre Mies van der Rohe à Chicago. Il poursuit son voyage jusqu’à Mexico, où les constructions mayas de la péninsule de Yucatan à Uxmal et Chichen Itza, construites principalement sur des plans horizontaux, sont « une des meilleures expériences architecturales de ma vie ».

À son retour, il continue à participer à des concours avec Arne Korsmo.  

Les grandes poutres, les murs qui s’étendent sur le terrain, la fluidité de l’espace intérieur, la cheminée « collée » sur le toit et le contact avec le paysage environnant caractérisent les maisons de Jorn Utzon. Elles évoquent l’idéal de la maison de banlieue et le développement du modèle Usonian de Frank Lloyd Wright, tandis que les dispositions longitudinales de la maison, les chambres et l’adaptation au terrain naturel font allusion au complexe de logements à Armebraten. La maison de Jørn Utzon à Hellebaek (qui introduit le plan libre au Danemark) et les Utzonian Houses en général ont pour caractéristiques communes la maçonnerie en brique, la structure en bois et une relation importante avec le paysage.

Cet intérêt pour l’architecture domestique est dû au concours remporté en 1953 pour la construction de logements sur la côte de Scanie. Le projet, conçu sur la base du modèle traditionnel des fermes danoises construites autour d’une cour centrale abritée réconcilie la manière dont chaque famille occupe l’espace. L’année suivante, les complexes d’habitation de Helsingor et Fredensborg sont construits, ce sont des compositions paysagères qui répondent aux principes établis au début de la compétition : séparation totale entre les systèmes de circulation conflictuels, double accès à la maison individuelle, réunion des unités formées par l’addition d’habitations, et la nature comme élément central et continu du complexe.

Dans la première moitié de 1950, Utzon s’engage au sein du studio suédois de Henry et Erik Andersson à Helsingborg, avec lequel il participe au concours pour des logements à Marieberg et Elineberg en 1954. Conçu sur la base d’une succession de tours dans un paysage maritime, le projet élargit l’étendue géographique du site. Cette base de projet a par la suite été développée dans les « compositions abstraites » de Frederiksberg et Elviria en 1959 et 1960.

02

La maison de l'architecte au Danemark

En 1957, le projet d'Utzon pour l’opéra de Sydney gagne le premier prix de la compétition internationale. Parmi les 233 projets présentés, la plate-forme surmontée de coquilles en agravitation a été choisie. Située au milieu du port de Sydney, la nature massive de la plate-forme et l’aspect réaliste des solides coquilles blanches font allusion aux plates-formes précolombiennes et orientales ainsi qu’aux ruines et aux garde-corps du château de Kronborg à Helsingor. À 38 ans, la victoire d’Utzon au concours annonce une période intense de travail.

Les élections de 1965 amènent au pouvoir en Nouvelle-Galles du Sud un gouvernement libéral dirigé par Robert Askin, très critique à l'égard du projet. Après une longue série de désaccords, Utzon quitte le chantier et se rend à Hawaï puis retourne au Mexique. L'opéra est achevé par une nouvelle équipe d'architectes qui procède à de nombreuses modifications des aménagements intérieurs et il est inauguré le 20 octobre 1973 : Jorn Utzon n'est pas invité à la cérémonie et son nom n'y est pas prononcé. Cependant, la structure de gestion de l'opéra reprend contact avec l'architecte en 1999 ; une salle portant son nom est mise en fonction et il procède à des agencements, entre autres afin d'améliorer l'accessibilité.

À la fin des années 1960, le désenchantement de Sydney déclenche un processus de réflexion ; avec Additive Architecture (trad. architecture cumulative), c’est le début d’une nouvelle période caractérisée par la combinaison de la géométrie, la modulation et la production standardisée. À la fin de la décennie, Utzon monte un nouveau groupe de projet basé sur le principe Additive Architecture : le dessin pour le centre-ville de Farum, en 1966, qui fait référence aux marchés arabes ; le stade de Djeddah, qui date de 1969, dont les modules préfabriqués développent la structure du bâtiment ; et la seconde version du musée d’art de Silkeborg, conçu grâce à une série de galeries étendues au-dessus du paysage.  

De 1972 à 1984, s’érige le bâtiment de l’Assemblée nationale du Koweït. En 2005, en collaboration avec son fils Kim Utzon, il participe au projet du Utzon Center à Aalborg conçu pour inspirer les élèves architectes.

03

Assemblée national, Koweït

En 2008, à l’occasion de son 90e anniversaire, la 11e Biennale de Venise lui consacre une exposition intitulée The Architect's universe - Processes and visions, en collaboration avec le musée d'art moderne Louisiana de Copenhague, sous la direction de Kjeld Kjeldsen. Elle se présente comme une rétrospective qui souhaite expliciter le processus créatif de l’architecte.

Jorn Utzon meurt le 29 novembre 2008, à la suite d'une crise cardiaque dans son sommeil, après une série d’opérations qui l’avaient affaibli. 

D'après Wikipédia