Une stavkirke est une église médiévale en bois typique de la Norvège bien que des fouilles laissent penser que d'autres églises de ce type aient pu exister ailleurs en Europe du Nord. On a répertorié environ 1300 églises médiévales dont 28 ont été sauvegardées en Norvège. On les appelle en français les « églises en bois debout » car des mats ou poteaux sont utilisés pour soutenir le toit et l'élévation de la nef mais aussi élever les murs.

La stavkirke constitue un des types les plus élaborés et les plus techniquement avancés de construction en bois qu'ait connu le Nord-Ouest de l'Europe au Moyen Âge. 

25

Urnes

Le contexte historique

Le fils du premier roi Harald 1er de Norvège (vers 850-933) , le roi Håkon Ier (920-961) tente une première fois d'introduire le christianisme puis vers l'an mil, Olaf Tryggvason amène avec lui des missionnaires anglais mais il est tué. Un autre Olaf de la même famille, le futur roi Olaf II de Norvège revenant d'expéditions vikings dans l'ouest de l'Europe est sans doute baptisé à Rouen en 1013. Il essaie vers 1015 de consolider un pouvoir royal suprême dans le pays et reprend les efforts de ses prédécesseurs pour imposer le christianisme. Le 29 juillet 1030, le roi Olaf est tué et ses restes déposés dans une châsse à Trondheim. Des miracles se produisent, sa sainteté est reconnue et marque un moment décisif pour la chrétienté en Norvège. Au XIe siècle, le roi Olaf III de Norvège renforce le pouvoir central et la position de l'Église qui devient plus influente que le culte païen. Au cours du deuxième tiers du XIe siècle, les Vikings et des chefs baptisés à l'étranger soutiennent plus ou moins la mission d'évangélisation qui passe de la haute société vers le peuple et du sud de la Norvège vers l'intérieur du pays. Pendant les XIe et XIIe siècles, l'importance croissante du christianisme est éloquent par l'accroissement de la construction d'églises avec la pénétration de l'iconographie chrétienne traditionnelle et des tendances stylistiques de l'Europe occidentale.

La Norvège passe d'une religion pré-chrétienne qui va des croyances aux esprits de la nature, du culte des ancêtres et de la fécondité jusqu'à une mythologie polythéiste compliquée entièrement liée à l'organisation sociale, politique et militaire de la communauté, aux nouvelles lois chrétiennes. L'Église semble avoir encouragé le mouvement d'édification de petites églises pour quadriller rapidement la région dans un élan missionnaire. En Europe, les églises sont le plus souvent en pierre, mais la Norvège utilise son expérience de la construction en bois des habitations et de la construction navale. Les difficultés de communication obligent à trouver les matériaux sur place et construire avec de petits éléments de bois de feuillus car il n'y a pas d'arbres de grande taille dans les forêts. On trouve la trace de trous de poteaux d'églises de poste qui évoluent en églises en bois debout reposant sur un seuil de grosses pierres afin de s'affranchir des problèmes d'humidité du sol. L'une des plus anciennes encore existantes est la stavkirke d'Urnes construite vers 1140 à l'emplacement de deux stavkirke antérieures.

La plupart des églises en bois debout sont construites entre 1150 et 1350 mais beaucoup disparaissent vers 1700. Une carte de 1800 montre que 322 sont dans des zones peu peuplées, dans les vallées de montagnes, les villages forestiers, dans les villages de pêcheurs sur les îles et les petits fjords. Les églises en pierre sont dans les villes, les basses terres de l'Est et du Nord, le long de la cote et dans les grandes paroisses des fjords de la Norvège occidentale.

26

Borgund

Il reste en Norvège 28 églises en bois debout dont deux déplacées à Bergen et Oslo et une autre dans une île (Grip) aujourd'hui inhabitée. En dehors de la Norvège, la stavkirke de Hedared est toujours debout en Suède et si on élargit le concept, on trouve des exemples dans l'Europe du Nord-Ouest et on peut y inclure l'église de Greenplace dans le Sussex en Angleterre et quelques restes dans l'église d'Hemse en Suède.

Les origines des stavkirker sont largement controversées. Elles sont un mélange compliqué de différentes traditions européenne et du Moyen-Orient ainsi que des anciennes pratiques locales de la Norvège. L'art scandinave de l'époque romane subit l'influence de l'art viking qui culmine avec la barque et les objets d'Oseberg. Le dragon ancestral vient couronner les pinacles des églises. Le thème de Gunnar dans la fosse aux serpents remplace celui de Daniel dans la fosse aux lions. Pour les chrétiens Daniel adorateur du seul Dieu vivant et vainqueur du mal est une préfiguration du Christ et Gunnar dans la fosse aux serpents peut constituer un symbole plus spécifique du Christ souffrant.

L'église en bois debout est la traduction de la basilique romane en pierre, l'église à nef, avec des influences paléochrétiennes et romanes anglo-saxonnes, surtout normandes romanes et irlandaises avec des toits représentant les traditions locales. 

Le défi pour les constructeurs de stavkirker est de réaliser des bâtiments élevés capables de résister aux tempêtes. Ils utilisent un élément essentiel de la construction navale le "KNE" ou coude qui est une découpe du bois en biais qui reprend les efforts horizontaux et verticaux dans les assemblages. La construction en bois debout connaît trois étapes d'évolution. La première est une palissade composée de poteaux juxtaposés et plantés en terre dont il reste un exemple : une partie de l'église de Greensted en Angleterre datée vers 1053. Dans la deuxième, les poteaux d'angles sont plantés en terre mais reliés par une poutre sablière qui isole du sol les poteaux ou planches épaisses de remplissage de la paroi. Enfin la structure entière est au-dessus du sol sur un socle de pierre, les poteaux d'angles sont reliés par des poutres hautes et bases formant un cadre garni de planches juxtaposées. Les efforts horizontaux ne sont plus repris par l'ancrage des poteaux.

À partir de ces techniques on peut regrouper les églises en bois debout sous deux types A et B qui ont une origine commune à l'Europe occidentale mais la dernière phase avec la construction de bois posée sur un socle de pierre semble abandonnée partout sauf en Norvège.

27

Nore

Le type A regroupe les églises de petites tailles et de faible hauteur y compris celles avec un seul mat central. Dans le type B les églises sont plus grandes. La nef est soutenue par quatre à vingt mats et on introduit un système de stabilisation indispensable à la survie du bâtiment. Ce type B est composé de deux ensembles distincts. Celui dit de Kaupanger où tous les mats sont intacts et donnent l'illusion d'une colonnade de cathédrale. Le deuxième dit de Borgund voit au moins deux mats coupés à mi-hauteur et la structure supérieure repose sur le "tang" ou arc en bois. Les églises de Torpo et Heddal avec les caractéristiques des deux ensembles sont des exemples de transition.

Le décor sculpté des stavkirke est un aspect essentiel de l'art médiéval où l'amalgame, les motifs ornementaux, les thèmes fantastiques et légendaires égalent la créativité des portails sculptés des églises romanes occidentale.

Symboles magiques

Sur les pignons des toitures sont des points importants et pour éviter l'action des démons et les catastrophes, on trouve la répétition de croix, d'images de dragons ou des têtes de dragons stylisés. La croix représente probablement plus une défense contre les esprits de la nature qu'un symbole de la nouvelle religion.

Les têtes de dragons stylisées rappellent les navires vikings et sont le plus souvent liées à la direction Est-Ouest, le lever et le coucher du soleil. Le dragon est considéré comme un démon qui ne peut être apprivoisé que par sa propre image. Ces têtes ont la même fonctions que les visages des gargouilles des églises en pierre européenne. La sculpture du dragon sur les navires vikings est également un acte magique qui transforme le navire en un objet-monstre le protégeant des ennemis.

Les sculptures sur les mats ou poteaux et les portails ont également une fonction de protection contre les démons.

Le côté sombre du Nord des églises est particulièrement exposé aux vieilles croyances des esprits de la nuit et est spécialement protégé. C'est aussi la raison pour laquelle les portes et les fenêtres sont absente de ce côté. Dans beaucoup d'église on voit un seuil rehaussé, c'est un seuil-fantôme pour éviter que les esprits de la nature ne pénètrent dans l'édifice.

28

Uvdal

On peut croire que l'Église les tolère dans un mouvement de compromis permettant à la nouvelle foi d'être acceptée par la mentalité païenne plus rapidement et avec plus de facilité. Les drames sculptés sur les panneaux peuvent être interprétés comme le combat du bien contre le mal qui est commun aux deux religions. Les combats de dragons sont tolérés tant qu'ils ne se trouvent pas à l'intérieur de l'église.

Dans l'évolution de la décoration murale le végétal fait disparaître l'animal et la feuille d'acanthe finit par s'imposer.   

29

31

32

34

35

37

30

33

36

  

D'après Wikipédia