L'Art déco est un mouvement artistique né au cours des années 1910 et qui a pris son plein épanouissement au cours des années 1920 avant de décliner à partir des années 1930. C'est le premier mouvement architecture-décoration de nature mondiale. Né en Belgique, il gagne rapidement l'Europe puis l'Amérique.

Le style Art déco tire son nom de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes qui se tient à Paris en 1925 et en confirme les règles.

30

Théâtre des Champs-Elysées Paris

L'Art déco concerne l'architecture, plus spécialement l'architecture intérieure avec ses tapisseries, vitraux, peintures et sculptures ornementales, son ébénisterie, l'emploi de la céramique, de l'orfèvrerie. Le style Art déco prend son essor avant la Première Guerre mondiale en réaction aux volutes et formes organiques de l'Art nouveau. Il consiste en un retour à la rigueur classique : symétrie, ordres classiques (souvent très stylisés), pierre de taille (sans aucun effet pittoresque). Le décor s'inspire de la géométrisation cubiste, lignes droites et diagonales, souvent triples et symétriques, cercle ou demi-cercle parfaits. Sa seule fantaisie est la guirlande de fleurs, mais stylisée. Il annonce le mouvement moderne, avec lequel il cohabitera temporairement, pour sa pureté de ligne, et s'affranchit des toits pentus traditionnels. L'Art déco, comme son nom l'indique s'intéresse à l'esthétisme, le modernisme au fonctionnel et au structurel.  

Entre 1910 et 1913, s'ouvre le chantier du théâtre des Champs-Élysées à Paris, signe du changement esthétique radical que connaît le milieu parisien d'alors. D'abord confiés à Henry Van de Velde, la conception et le chantier reviennent rapidement à Auguste Perret. La composition rigoureuse de la façade et la place mesurée laissée au décor frappent les esprits lors de l'inauguration en 1913.  

Paquebots transatlantiques et Art déco

Dans les années 1920 et 1930, avant l'apparition de l'aviation commerciale au long cours, le principal moyen de transport intercontinental est le paquebot. La concurrence féroce que se livrent les compagnies comme notamment la Cunard-White star (Grande-Bretagne), la HAPAG (Allemagne), la Compagnie générale transatlantique ou Transat (France) et la Compagnie Flote riunite Italiane (Italie), se double d'une lutte de prestige entre nations pour mettre en ligne des paquebots toujours plus rapides, élégants et confortables. À partir des années 1920 les chantiers navals commencent à faire le choix du modernisme pour l'aménagement intérieur et la décoration des navires. Alors que les navires anglais Queen Mary et Queen Elizabeth restent empreints d'un classicisme assez sage, dans la continuité de leurs aînés les Mauretania, Lusitania ou Titanic, la Compagnie générale transatlantique ose le modernisme pour le paquebot Île de France (1927) et surtout le Normandie de 1935, véritable cathédrale sur mer de l'Art déco. Les Allemands suivent le mouvement avec le Bremen et l'Europa. L'Italie n'est pas en reste avec les deux paquebots Rex et Conte di Savoia, emblématiques de l'époque mussolinienne, dont la décoration combine modernisme et réinterprétation de l'antiquité romaine.

29

Capitole de l'État de Louisiane, Baton Rouge 

Les paquebots transatlantiques de luxe sont de tels symboles de progrès et d'opulence, d'un rêve d'une vie meilleure, que les architectes terrestres capitalisent sur ce prestige et dessinent des immeubles inspirés des plus beaux navires transatlantiques. C'est le cas de Georges-Henri Pingusson, avec l'hôtel Latitude 439 qui domine Saint-Tropez, de l'hôtel Normandie de Porto Rico et de nombreux autres immeubles des années 1930 qui reprennent les traits stylistiques du navire-amiral de la Transat : arrondis des volumes, terrasses étagées ou encore baies vitrées en rideaux horizontaux. Cette variante de l'Art déco est souvent dénommée style paquebot en France ou Streamline Moderne aux États-Unis.

L'un des thèmes en architecture est d'utiliser les formes des objets quotidiennement utilisés par le propriétaire du bâtiment afin de les appliquer au bâtiment. Ainsi, le toit du Chrysler Building, aux États-Unis, évoque les pare-chocs des voitures de la marque. Ce concept atteint son paroxysme ultérieurement avec le style California Crazy, où l'objet surdimensionné est un élément du bâtiment ou le bâtiment dans son entier (immeubles en forme de hot-dog, de piano, de chien…).

Sans leader véritable ni théorie établie, l'Art déco est critiqué dans le milieu créatif architectural dès ses premières années pour sa superficialité. Cette architecture est particulièrement employée pour tous les édifices devant valoriser l'image de son commanditaire, ou évoquant les loisirs.

D'après Wikipédia