Le Royal National Theatre sur la rive sud de la Tamise, dans le quartier de Lambeth à Londres, est immédiatement à l’est de l’extrémité sud du pont de Waterloo. Le bâtiment a été dessiné par l’architecte Sir Denys Lasdun et ses salles ont ouvert séparément entre 1976 et 1977. Depuis 1963, avant que la compagnie ne s’installe définitivement sur la rive sud, la National Theatre Company, comme elle était alors appelée, avait ses quartiers dans le Old Vic Theatre sur Waterloo Road.

00

Le titre honorifique de Royal a été ajouté en 1988 après une campagne initiée par Max Rayne, le président du National Theatre, pour marquer le vingt-cinquième anniversaire de l’inauguration de la compagnie (et le propre départ de Rayne). Le nouveau directeur, Richard Eyre, y est opposé car il craint que les productions deviennent un peu trop « snobs ». L’ajout est de fait peu à peu gommé. La plupart des anglais amateurs de théâtre continue de faire référence à la compagnie et à ses murs sous le nom de The National Theatre, quand ce n’est pas tout simplement The National.

Le National Theatre présente des programmes hautement variés, qui comprennent Shakespeare et d’autres classiques, de nouvelles pièces dans une politique de soutien des auteurs contemporains, mais aussi des reprises de grands classiques de comédies musicales.

L’Olivier Theatre (du nom de son premier directeur artistique, Laurence Olivier) est la salle principale, et aussi la plus grande. Son plan reprend celui du théâtre antique d’Épidaure ; la scène est ouverte et les gradins disposés en éventail peuvent accueillir 1 160 personnes. C'est dans cette salle que se trouve le Drum Revolve (le plateau tournant) ; un plateau particulier, bourré de technologie, et qui peut descendre de huit mètres. Les bords de la scène peuvent tourner sur eux-mêmes, et deux plateaux d'une capacité de 10 tonnes facilitent les changements de décor. Le Lyttelton Theatre (du nom d’Olivier Lyttelton, le premier président du théâtre) a une avant-scène arquée et peut accueillir 890 personnes. Le Cottesloe Theatre (du nom de Lord Cottesloe, président de la scène théâtrale de la rive sud) est un petit auditorium modulable, dessiné par Ian Mackintosh. En fonction de la disposition des sièges il peut accueillir jusqu’à 400 personnes.

01

Le parvis le long de la rive voit des représentations en plein air se dérouler les mois d’été. Les terrasses et les foyers du complexe théâtral sont aussi le lieu de performances expérimentales en situation. On peut également trouver là une librairie spécialisée dans l’art théâtral, des restaurants, des bars et des lieux d’exposition. En journée des visites des coulisses sont organisées, ainsi que des concerts de musique dans le foyer tous les soirs à partir de 6 heures, avant le début des représentations.

Les critiques architecturale sont partagées lors de sa construction. Même les adeptes du Mouvement moderne trouvent le traitement brutaliste interne et externe un peu trop radical. Plus célèbre est le mot du prince Charles entendu en 1988 décrivant le bâtiment : « le moyen le plus ingénieux de construire une centrale nucléaire en plein Londres sans soulever d'objection ».

En dépit des controverses, le théâtre reçoit en 1994 un Grade II dans la liste des monuments classés du Royaume-Uni.

Quoique le théâtre paraisse l’archétype du brutalisme en Angleterre, le bâtiment a été réévalué depuis la mort de Ladsun, le rapprochant plutôt du travail d'un Le Corbusier que des monumentaux bâtiments des années 1960 tels ceux de Paul Rudolph. Aujourd’hui le National Theatre réalise l'exploit d'être à la fois le bâtiment londonien le plus apprécié et le plus détesté dans les sondages d'opinion.  

02

03

04

05

D'après Wikipédia