Le Tribunal de Paris est un palais de justice qui fait partie de la Cité judiciaire de Paris situé à porte de Clichy (quartier des Batignolles) dans le 17e arrondissement de Paris. Il regroupera à terme l'ensemble des juridictions parisiennes jusqu'alors réparties dans tout Paris (principalement au Palais de justice de Paris, près de Notre-Dame).

Le gratte-ciel comporte en tout 120 000 m2 de surface nette dont 20 000 m2 d'espaces publics, notamment les 90 salles d'audience (dont deux réservées pour les procès hors-norme)3, 30 000 m2 d'espaces tertiaires (bureaux et autres) et 3 000 m2 d'espaces sécurisés. 

03

Un premier schéma directeur est élaboré en 1997 mais le projet piétine pendant de nombreuses années. Il faut attendre le décret n°2004-161 du 18 février 2004 pour que l'Établissement public du palais de justice de Paris (EPPJP) soit crée. Cet établissement est l'entité chargée de la conduite du projet.  

Le gouvernement exprime le 27 janvier 2005 sa préférence pour une implantation du projet sur le site « Tolbiac » dans le XIIIe arrondissement. Mais les 7 et 8 février 2005 le Conseil de Paris adopte un vœu exprimant des réserves sur le choix du site de Tolbiac et regrette qu'une concertation plus large n'ait pas été engagée. Un nouveau processus de concertation est donc lancé et la Ville de Paris propose ainsi plusieurs hypothèses alternatives  en émettant une préférence pour une implantation dans le quartier « Masséna-Rives de Seine » également dans le XIIIe arrondissement.

Le préfet de région répond le 11 mai 2006 au maire de Paris en listant les raisons techniques qui favorisent une implantation à Tolbiac plutôt qu'à Masséna. Un concours d'idée international pour une implantation sur le site Tolbiac est d'ailleurs lancé par l'EPPJP le 4 juillet 2006 et enregistre un grand succès avec 275 dossiers provenant de 34 pays.

05

La sélection du site « Tolbiac » pose néanmoins problème : cette zone est une zone d'aménagement concertée. L'État ne peut engager de procédure d'intérêt général pour tenter un passage en force et passer outre l'opposition de la mairie de Paris. De fait, quelques mois plus tard, au vu de l'absence de concertation entre l'État et la mairie de Paris et en l'absence d'avancée sur le plan des acquisitions foncières nécessaires au lancement du projet, la procédure du concours de maîtrise d'ouvrage est suspendue. Le projet est au point mort en 2007, 10 années après le premier schéma directeur de 1997. Il sera finalement décidé de l'implanter dans le quartier des Batignolles (17e arrondissement).

La construction est confiée à l'architecte italien Renzo Piano en février 2012 dans le cadre d'un contrat de partenariat signé entre le ministère de la Justice et la société de projet Arélia. Le bâtiment, qui ne devait pas initialement dépasser les 130 m de hauteur (afin d'éviter de couper un faisceau hertzien de communication utilisé par l'Armée), pourra finalement atteindre les 160 mètres

En juillet 2012, le projet lancé par l'ancien gouvernement de François Fillon est remis en cause par Christiane Taubira, ministre de la Justice du nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault.  

En novembre, lors d'un débat budgétaire à l'Assemblée nationale, Christiane Taubira laisse entendre l'abandon du projet actuel, pour un autre : « Il serait facile pour moi de conserver les choses en l’état. J’aurais le plaisir d’inaugurer [le nouveau tribunal de Paris] en 2017 et je laisserais à mes successeurs la lourde ardoise. Ce serait facile… mais irresponsable. » Finalement, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault confirme le projet en janvier 2013 avec, toutefois, une renégociation du contrat.

04

Par ailleurs, un recours en annulation a été intenté par l'association Justice dans la Cité (représentant des avocats, magistrats et professionnels de justice demandant le maintien du Palais de justice sur l'île de la Cité) à l'encontre des différents contrats signés le 15 février 2012 en partenariat public-privé avec le groupe Bouygues pour la construction du nouveau palais de justice. Le tribunal administratif de Paris les déboute en première instance en mai 2013. En attente de la décision en appel, l'association ayant formé un recours, les travaux sont arrêtés fin juillet 2013, les banques préférant attendre l'issue judiciaire que de débloquer d'autres fonds. Néanmoins, la cour administrative d'appel de Paris ayant, le 3 avril 2014, rejeté ce recours, les travaux ont depuis repris. La première pierre du bâtiment a été posée le 6 mai 2015.

En juillet 2016, il est décidé, sur proposition du magistrat Antoine Garapon, secrétaire général de l'Institut des hautes études sur la Justice, de nommer le palais de justice « Tribunal de Paris ».

L'agence Renzo Piano Building Workshop remporte le prix de l'Équerre d'argent pour cette oeuvre.

De mars au 27 juin 2018, les différentes juridictions, ainsi que près de 42 kilomètres de documents situés principalement sur l’île de la Cité, déménagent progressivement dans le nouveau bâtiment. Les premières audiences se sont tenues le 16 avril 2018.

06

L'immeuble héberge :

  • le tribunal de grande instance de Paris, le déménagement sera concomitant d'une nouvelle organisation « en pôles spécialisés » (urgence civile, urgence pénale, économique et commerciale, social) ;
  • le tribunal d’instance de Paris, créé au 14 mai 2018 par la fusion des vingt tribunaux d’instance ;
  • le tribunal de police de Paris ;
  • le tribunal des affaires de sécurité sociale de Paris avant son intégration au TGI.

D'après Wikipédia