Construite entre 1911 et 1914, cette résidence est conçue et réalisée par l’architecte Edward James Lennox dans une combinaison de styles architecturaux propres à l’esprit éclectique de l’époque. Elle réunit ainsi notamment les styles normand, néogothique, roman tardif et Scottish baronial. Le château de Balmoral est une source d’inspiration importante dans la conception.

Elle est localisée à environ 4,4 km du centre-ville de Toronto. La maison se trouve plus précisément sur un escarpement connu sous le nom de colline de Davenport.

120569519

En 1903, Henry Pellatt et sa femme Mary visitent un terrain sur la colline et décident que c'est le meilleur endroit pour ériger leur maison de rêve : il offre depuis la colline une vue imprenable sur la ville et même sur le lac Ontario. Vers 1905, Henry Pellatt commande à l’architecte Edward James Lennox la conception de Casa Loma et ses dépendances. Henry lui indique sa vision : un grand et imposant château d’influence classique et médiévale tout en étant moderne et pratique. L’architecte part alors en Europe pour aller étudier divers styles architecturaux pouvant convenir à Casa Loma. Il ramène de son voyage des centaines de croquis qui l’aident dans son entreprise.

Henry a une influence majeure dans la conception finale. Il veut, entre autres, que sa résidence soit conçue de manière à y héberger éventuellement le plus grand musée militaire occidental. D'ailleurs, tout est prévu à cet effet : les planchers de la maison seront conçus pour supporter de lourds équipements militaires.

En 1909, un permis de construction est émis pour permettre les travaux d’excavation qui commencent la même année. La structure de la maison emprunte une technique tout à fait nouvelle à Toronto à l’époque, soit l’utilisation de béton armé pour une résidence privée.

La brique de revêtement extérieur est en grès gris provenant de la vallée de Credit River en Ontario. L’architecte n’hésite pas à faire venir des maçons qualifiés d’Écosse pour tailler ces pierres. Autour des fenêtres et des portes, Lennox utilise plutôt une pierre artificielle, dite pierre romane, d’un gris plus clair. L’architecte utilise pour le toit des tuiles en bronze rouge « pour donner un effet dramatique à la résidence ».

120569524

Henry avait prévu dans son plan original de dévier la rue Walmer afin d’unifier ses terrains se trouvant de part et d’autre de cette rue. Il en fait la demande à la Ville de Toronto, mais elle refuse. Pour remédier à cette situation, il fait construire un tunnel long d’environ 244 mètres sous terre pour relier Casa Loma à l’écurie et à la remise.

Vers 1914, la résidence est achevée et compte notamment : 98 pièces dont 30 salles de bains ; une bibliothèque pouvant contenir 100 000 volumes ; une cave à vin pouvant contenir 1 568 bouteilles. Plus tard, lorsque des problèmes de santé obligent Mary à être confinée à un fauteuil roulant, Henry fait installer un ascenseur pour faciliter ses déplacements.

Une fois la maison achevée, les maçons s’attaquent à la construction du mur d’enceinte qui entoure Casa Loma.

Lors de l’été 1914, la famille Pellatt emménage finalement dans leur nouvelle maison, avant même que la décoration intérieure ne soit terminée.

L’un des plus grands souhaits de Henry est de recevoir une visite royale à Casa Loma. Le couple reçoit à deux reprises Edward, prince de Galles et futur duc de Windsor, mais jamais il ne recevra de monarque. Toutefois, les Pellatt organisent de grandes réceptions et de grands soupers pour plus de cent convives. Ils planifient aussi des jeux, des parties de hockey et de grandes réceptions pour Noël pour les domestiques.

120569537

Au courant des années 1920, les coûts d’entretien de la maison et du domaine explosent. En 1923, Henry Pellatt commence à éprouver de sérieuses difficultés financières. Pour éviter la faillite lui et sa femme quittent la résidence pour occuper un appartement et tous les domestiques sont renvoyés. Lady Pellatt meurt moins d’un an plus tard, le 15 avril 1924. Du 23 au 27 juin 1924, tous les biens meubles de Casa Loma sont mis aux enchères. On surnomme cet évènement « la vente aux enchères du siècle ». Des personnes provenant de Montréal, de Détroit et de New York se mélangent à l’élite torontoise. Henry se retire dans son domaine du lac Marie, au nord de la ville. Casa Loma est alors laissée sans chauffage et entretien pendant près de deux ans.

En 1925, l’architecte William Sparling propose de convertir la maison en appartements et en hôtel de luxe ainsi qu’en un lieu de divertissement. Les restaurations commencent. Entre 1927 et 1928, pendant près de huit mois, la maison est l’hôte de l’Orange Blossoms (aussi connu plus tard sous le nom de Glen Gray and the Casa Loma Orchestra) qui vient animer des soirées.

Le projet de William Sparling n'est qu’un modeste succès. Il planifie néanmoins d’agrandir son complexe hôtelier, en construisant deux immenses ailes côtés est et ouest. Il a cependant des difficultés à financer son projet qui est finalement abandonné. En 1929, l’hôtel Casa Loma ferme définitivement ses portes lors de la crise économique. Henry met alors la maison en vente mais il ne trouve aucun preneur. Il commence à manquer gravement d’argent et ne paie plus aucune facture reliée à Casa Loma. En 1933, la Ville de Toronto prend Casa Loma en paiement pour compenser ses taxes impayées.

Dès lors, plusieurs projets sont proposés afin de donner une nouvelle vocation à l’édifice. Toutefois, la ville ne se décide pas et Casa Loma est abandonnée à son sort, subissant le passage du temps... Il est même envisagé de la démolir.

120569538

En 1936, Bill Bothwell, alors président du Kiwanis Club of West Toronto, propose à la ville de transformer Casa Loma en une attraction touristique gérée par le club. La ville accepte et conclut avec l’institution un bail à long terme. Dès lors, le club prend pour mission de restaurer la résidence dans sa gloire passée et selon les plans de l’architecte Edward James Lennox et la vision de Sir Henry Pellatt. Lorsque le club arrive sur les lieux, il trouve la maison dans un « terrible » état : plus de 2 500 vitres des fenêtres sont brisées et des centaines d’oiseux ont fait leurs nids à l’intérieur de la résidence. En août 1937, Henry Pellatt est invité à un banquet par le Kiwanis Club of West Toronto pour l’ouverture de Casa Loma au public.

Dans sa mission de remeubler Casa Loma, le club tente de racheter des biens meubles ayant appartenu à Henry et qui ont été vendus lors de la vente aux enchères de 1924. Certains des meubles originaux reprennent leur place initiale à Casa Loma. Toutefois, le manque de fond ne lui permet pas de rassembler toutes les œuvres d’art, particulièrement les plus importantes et dispendieuses de l’ancienne collection de Pellatt qui sont répartis parmi les musées et galeries d’art d’Amérique du Nord.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, l’ancienne écurie est l’endroit d’un projet militaire britannique « top secret » : le projet ASDIC. ASDIC est un nouveau dispositif électronique inventé par les Britanniques leur permettant de détecter des sous-marins. Alors qu’il pleut des bombes sur l’Angleterre, l’amirauté britannique cherche un lieu pour leur permettre d’assembler le dispositif électronique sans interruption. L’amirauté désigne William Corman, un ingénieur torontois, à la tête du projet. Ce dernier demande secrètement au président du club, Bill Bothwell, d’accepter de loger secrètement dans l’écurie l’usine d’assemblage. Il accepte. Toutes les pièces d’assemblage arrivent par camion dans des sacs de lait, de pain ou de farine. Environ une vingtaine de personnes y travaillent.

Dans les années 1940 et 1950, la maison est un lieu de danse prisé de Toronto et au fil des ans, Casa Loma est le théâtre de mariages, de grandes réceptions privées ou d’affaires, de productions cinématographiques...

120569543

En 1987, le club de jardinage de Toronto entreprend de remettre une partie du jardin dans son état originel. Avec l’aide financière de Toronto et du Kiwanis Club of West Toronto, près de vingt-quatre volontaires du club de jardinage bénévoles et des architectes-paysagistes s’engagent à la restauration du jardin pendant près de cinq ans. Le jardin n’a pas subi de modification majeure depuis et est ouvert au grand public.

D'août 2011 à octobre 2013, la Casa Loma Corporation succède au Kiwanis Club of West Toronto et gére temporairement le domaine. Elle a pour mission d'administrer la résidence et de trouver une solution à long terme sur la destination de la Casa Loma. Toutes les éventualités sont envisagées, y compris celle de vendre la propriété.

En octobre 2013, le conseil d'administration de la Casa Loma Corporation signe un bail d'une durée de vingt ans avec le Liberty Entertainment Group. Ce bail est approuvé à l'unanimité par le comité exécutif de la Ville de Toronto le 30 octobre 2013. Le groupe fait restaurer et rénover la résidence, incluant une modernisation des cuisines et l'installation d'un système de climatisation central. Le groupe garde la vocation touristique des lieux et ouvre un restaurant de cuisine gastronomique qui occupe depuis 2014 l'ancienne bibliothèque.

En 2017, Liberty Entertainment Group ouvre un nouveau restaurant à viande (Steakhouse) dans le grand salon, dit « salon de chêne ».

Le second étage abrite cinq salles dédiées au musée des Fusiliers de la Reine du Canada.

La remise (Carriage House, aussi connue sous le nom de Hunting Lodge), construite en 1905 par Lennox, présente depuis 2014 une collection de voiture du début du XXe siècle.

D'après Wikipédia